Trip-Hop / Définition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Trip-Hop / Définition

Message par Cous' le Jeu 5 Mar - 23:04

Définition

Soul moderne, melting-pot à la croisée de tous les genres musicaux des années 90, le trip hop s'impose aujourd'hui comme un mouvement essentiel.
Né avec le début de la décennie, ce genre a pour base une rythmique hip-hop, sur laquelle viennent se greffer toutes sortes d'influences. Jazz, blues, musique de film, soul, rock, dub... l'éclectisme est de mise pour les "laborantins du trip-hop" (expression empruntée au quotidien Le Monde, dans son édition du 22 octobre 1996). L'important est d'experimenter, tout en faisant passer des "good vibes".



Racines et influences


Pour mieux comprendre le trip-hop, il convient de revenir aux créateurs majeurs du hip-hop, style né avec les années 80: Africa Bambataa, Public Enemy, Eric B & Rakim, A Tribe Called Quest, Grandmaster Flash, bref tous ceux qui définirent le rap. Une grande partie des musiciens trip hop, dont l'incontournable DJ Shadow (ou son alter-ego japonais DJ Krush), se déclarent très influencés par le travail de ses défricheurs.

La soul tient aussi une place très importante dans le trip-hop. Musique noire par excellence, c'est là que le trip hop a puisé tout son feeling, s'inspirant des plus grands: Isaac Hayes, Marvin Gaye et une grande partie des artistes des labels Motown et Stax.

Autre influence importante, les musiques populaires symphoniques des années 60/70 ou l'easy listenning, de Michel Legrand à Quincy Jones, en passant par Burt Bacharach ou Erik Satie. D'un point de vue plus expérimental, les travaux de Brian Eno ou Can sont aussi des sources d'inspiration.


Les pionniers


L'un des actes fondateurs du trip hop est sans doute l'album Blue Lines de Massive Attack, qui parait en 1991, avec ses métissages imparables de soul, de hip-hop et de reggae. La ligne directrice est donnée: quelque part à Londres, un certain James Lavelle créé en 1993 le label Mo'Wax et rencontre Josh Davies, alias DJ Shadow. Ce dernier signera le premier maxi orienté hip-hop du label, In Flux, disque désormais culte qui annonçait l'arrivée d'un abstract hip-hop expérimental et ouvert. Mo'Wax continue depuis dans cette direction, où le jazz et le hip-hop se mêlent aux musiques ambient électroniques (les compilations Headz sont assez représentatives de la tonalité de ce label).
En 1994 Bristol est de nouveau au centre des préoccupations: Portishead sort son premier album Dummy, ou le trip-hop se découvre une âme mélancolique. Originaire cette même ville, un certain Tricky (ex Massive Attack) nous prodigue son brutal mais excellent Maxinquaye. C'est alors que le terme trip hop est créé par un rédacteur du magazine Mixmag, en abréviation d'"Abstract hip-hop", et comme allusion aux nappes de synthés atmosphériques de certains morceaux.

Un autre label voit le jour en 1993, il s'agit de Pussy Foot Records. Son créateur est le producteur très en vue Howie B (il a travaillé avec Tricky, Björk, U2...). Des artistes comme Naked Funk ou Sie sont découverts sur ce label funky, hip-hop et atmosphérique.



Un mouvement sans frontières

Bien que le trip-hop soit en très grande partie d'origine britannique, on trouve de très bons groupes aux Etats-Unis comme Thievery Corporation ou Tranquility Bass, respectivement influencés par le dub et le psychédélisme des années 60.
En Belgique, on trouve le groupe Hooverphonic et le label SSR/Crammed (Snooze, Juryman VS Spacer). L'Autriche est quant à elle l'une des places les plus réputées pour le lounge électronique, avec notamment Kruder & Dorfmeister, les Sofa Surfers ou encore Waldeck. L'Allemagne n'est pas en reste avec les labels Infracom et Compost (ce dernier abritant les brilliants Jazzanova).

La France quant à elle possède deux atout de taille: le talentueux DJ Cam, surnommé l'homme qui fait pleurer les platines remarqué avec les albums Underground Vibes (1995) et Substances(1996), ainsi que le duo La Funk Mob, signé sur Mo'Wax. D'autre part, toute une scène s'est dévellopée, parfaitement représentée par les compilations Source Lab et le label Yellow Production (Mighty Bop, La Yellow 357). 1998 aura vu quant à elle la naissance d'un nouveau label français de qualité, sobrement baptisé Catalogue (Avia, Williams Traffic, Telepopmusik).



Les nouveaux


Créé en 1996 à Bristol, le label Cup Of Tea s'est depuis illustré par une ligne directrice de qualité, redéfinissant toute la musique des années 70 (soul, reggae, musique de film) au goût du jour. Rythmes mat et nappes étranges caractérisent le "son" Cup Of Tea, avec des groupes comme Statik Sound System, Receiver, Monk & Canatella ou Purple Penguin. Hélas le label semble avoir fermé boutique en 1999. Dommage.
Toujours à Bristol, Massive Attack a aussi fondé sa maison de disque: Melankolic. Signalons juste les talentueux Alpha et Craig Armstrong, véritable révélations de 97.

De nombreux autres labels, moins marqués trip-hop, mais tous aussi intéressants, existent aussi en Angleterre: Grand Central (orienté hip-hop/soul avec notamment Rae & Christian et Aim), Wall Of Sound (les adeptes du big beat Propellerheads, Akasha ou Les Rythmes Digitales dans un autre registre), Warp (plus électronique, avec Plaid, Aphex Twin, Boards Of Canada mais aussi Nightmares On Wax par exemple), Ninja Tune (au son indéfinissable, voir Coldcut, The Herbaliser ou Mr Scruff), Pork Records (qui abrite Fila Brazillia).


Sources : http://www.newforms.net

_________________



avatar
Cous'
Admin

Féminin Nombre de messages : 377
Age : 25
Localisation : 78
Date d'inscription : 30/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://playlist.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum